Un génie nommé Dani Alves

Le 22 février 2018, par Alex Paul Demetrius


Depuis la préparation estivale, Unai Emery lui a confié les clefs du flanc droit parisien. Les attentes sont énormes et les missions étendues, mais Dani Alves a pour lui l'expérience et surtout la hargne, héritage d'une enfance au Brésil qui n'a pas été des plus facile. Photos : Vivien Lavau. Txt : Laurent David Samana

9 mai 2017 - Demi-finale retour de la Champions League. A la nuit tombée, le frisson des grandes soirées européennes gagne les supporters monégasques. Les joueurs de la principauté parviendront-ils à inverser le cours de l’histoire (défaite 1-2 au match aller) pour se hisser en finale de la C1 ? S’ils veulent transformer l’essai, il faudra soigner la solidité défensive. Le back three concocté par Leandro Jardim (Jemerson – Glik – Raggi) a une mission : museler une Juventus roublarde, annoncée grandissime favorite. Avec sa ligne offensive dévastatrice, la Vieille Dame inquiète. Dybala est en jambes, Higuaín assoiffé de buts et Mandzukic se bat comme un beau diable. Quatre-vingt dix minutes au compteur, les Monégasques font grise mine. Ils sont éliminés. Une fois n’est pas coutume, le danger n’est pas venu de l’attaque. L’ASM s’est faite surprendre par un joueur de 34 ans ; un défenseur ou, comme on dit en Italie, le « fuoriclasse » : Dani Alves !

A 34 ans, le natif de Juazeiro a prouvé qu’il était plus décisif que jamais. Libéré de son contrat au début de l’été, il entre au coeur d’un mercato appelé à devenir fou et fait monter les enchères auprès de Manchester City, avant de se résoudre à rejoindre le Paris-Saint-Germain, mi-juillet, sans indemnité. La venue d’Alves est le premier gros coup estival réalisé par le club de la capitale. Un recrutement qui vient confirmer la stratégie et quelques vieilles inclinaisons parisiennes : l’envie de faire des gros coups sur le marché des transferts, de chiper des joueurs majeurs au nez et à la barbe de grosses cylindrées continentales (Man City, Barça) ; et de lancer une opération com’, nouée autour du maillot extérieur jaune du PSG, dessiné en hommage aux joueurs auriverde ayant jalonné l’histoire du club. Avec Dani Alves, QSI a attiré le meilleur spécialiste à son poste. Un « génie » de l’aveu même de Guardiola. De ces joueurs qui révolutionnent et dépassent leur poste, pourrait-on ajouter.

De la misère au joga bonito Daniel Alves da Silva voit le jour le 6 mai 1983 à Juazeiro, dans le nordeste brésilien. Ville moyenne de l’Etat de Bahia, la localité n’est pas réputée pour enfanter des footballeurs de génie, les installations sportives y étant plutôt rares et très souvent privées. Au cliché d’une existence douce et baignée de soleil, le champion brésilien oppose dès son plus jeune âge le récit d’une enfance pauvre et laborieuse. Fils d’un modeste producteur de fruits et légumes, le jeune Dani, accompagné de ses frères, passe la majeure partie de son temps libre à aider le paternel dans les champs. Dès le lever, il laboure la terre, essaime et récolte oignons, melons ou tomates, sous une chaleur de plomb... Retrouvez le reste de cet article dans le nouveau numéro de Surface avec Neymar en couverture.

PLUS D'ARTICLES