LA PHOTOGRAPHIE DE SPORT A L’HONNEUR

Le 26 septembre 2018, par Alex Paul Demetrius


Avec l'exposition Sportfoto, Lille affiche ses ambitions sur le sport, et pourrait bien à l'avenir devenir l'épicentre Français de la photographie sportive, un genre trop souvent relayé au second plan. (Photos : Stéphane Meunier, Christophe Lefebvre, Harald Hauswald)

La photographie sportive est-elle un art ? Si certains en doutent encore, d'autres sont persuadés que le genre mérite ses lettres de noblesse au même titre que la photographie d'art académique. C'est le cas de Martine Aubry et de la ville de Lille, qui sous l'impulsion de Jean-Denis Walter, ont transformés la métropole Lilloise en temple de la photo de sport. Ancien rédacteur en chef de l'Equipe, où il a longtemps été en charge de la photographie, Jean-Denis Walter, désormais galériste, a réussi à convaincre la maire de Lille d'organiser une expo référence, qui pourrait bien, à terme, devenir le premier festival de la photographie sportive. C'est en tout cas ce qui vient à l'esprit quand on parcourt les cinq sites dédiés à Sporfoto. Dans le premier, la salle d'exposition du Tripostal, le ballon rond est mit à l'honneur à travers les œuvres d'une dizaine d'artistes internationaux. Portraitistes, photojournalistes, mais aussi réalisateurs de documentaires, aucun d'entre eux n'est un spécialiste de la photographie de football, ce qui rend leur travail bien distinctif. On se délecte notamment des coulisses du France 98, immortalisés en noir et blanc par Stéphane Meunier et des supporters du FC Union, un club de Berlin qui rassemble des nostalgiques de la RDA, shooté par Harald Hauswald. Dans le second, la Gare désaffectée St-Sauveur, c'est le cyclisme et les Jeux Olympiques qui donnent une coloration sportive à ce lieux qui aurait pu être un village olympique si Lille avait remporté les jeux d'été de 2004. Nord de la France oblige, une attention particulière a été accordée à la course cycliste du Paris-Roubaix. Dans le troisième, le Musée de l'Hospice Comtesse, les sports de combat, et plus particulièrement la boxe, transcendent ce lieux chargé d'histoire, où l'on remettait sur pieds, malades et blessés. Dans le quatrième, le Palais des Beaux-Arts, c'est l'un des meilleurs photographe sportif au monde, Bob Martin, qui investit ce lieu monumental avec certains de ses clichés les plus saisissants. Dans le cinquième site, la Vielle Bourse, c'est les acteurs de l'ombre du sport, à savoir les arbitres, qui prennent la lumière, grâce à l'objectif de Simone Perolari. Ces sites officiels sont complétés par plusieurs accrochages de photos in situ, notamment dans les quartiers Lillois de Lomme, Hellemmes, où des jeunes footballeurs amateurs ont été immortalisés par le photographe Pauce.

PLUS D'ARTICLES